A sa genèse, le Centre culturel (anciennement appelé Pays de Geminiacum) était un G.A.L. (Groupe d’Actions Local) impulsé dès 1998 afin de répondre aux critères de sélection du programme européen Leader II.
Celui-ci, façonné par la combinaison des communes de Pont-à-Celles et Les Bons Villers, a rapidement pris la dimension d’A.S.B.L. (2000) afin de se doter d’une personnalité juridique et d’assurer sa pérennité au-delà du programme européen.

Les premières actions phares de développement territorial concernaient principalement le vecteur économique et plus particulièrement touristique : création de promenades balisées, mise en place d’une signalétique touristique et directionnelle, valorisation des producteurs locaux par la création et la dynamisation d’un point de vente.
Néanmoins, rapidement, l’importance d’un renforcement identitaire du citoyen, de l’image positive du territoire et de la visibilité de ses ancrages culturels ont été mises en exergue.

C’est en 2004 que l’ère culturelle « Pays de Geminiacum » se déploie sous la forme d’un Contrat de Pays, expérience pilote soutenue par la Fédération Wallonie-Bruxelles et engagée sur une période de 5 ans. L’objectif de cette dynamique prône alors le développement culturel du territoire formé par les communes de Pont-à-Celles et Les Bons Villers par, notamment, le soutien aux opérateurs et la mise en œuvre de projets fédérateurs.

Au fil des années et des évaluations positives, deux reconductions de l’expérience « Contrat de Pays » se sont succédées : d’abord pour la période 2009-2013 sous l’appellation « Geminiacum, projet supra communal d’actions culturelles », ensuite pour la période 2014-2017.

Enfin, en janvier 2018, le Pays de Geminiacum obtient sa reconnaissance en Centre culturel par la Fédération Wallonie-Bruxelles et devient le Centre culturel de Pont-à-Celles.

Pont-à-Celles

La commune de Pont-à- Celles n’est pas novice en matière de développement territorial et culturel. Elle encourage depuis plus de 10 ans le développement d’une dynamique culturelle professionnelle, en adéquation avec son territoire, son patrimoine.

Un réseau de bibliothèques reconnu en catégorie 2 et attendant un déménagement propice à davantage d’envergure, un projet en cours de maison rurale visant une occupation culturelle sur le site de l’Arsenal, un soutien substantiel au Centre culturel de Pont-à-Celles en charge notamment de l’organisation du festival « Django@Liberchies » (initiative communale) et de la dynamisation des espaces communaux dits « Musée de Liberchies » , la mise en place d’un service culturel communal actif depuis plus d’une vingtaine  d’années ou encore le principe de confiance, d’ouverture et d’encadrement (service PLANU) mené envers les opérateurs socioculturels émergeant sur son territoire (PaCRocK Festival, Festival Tolérance Hip Hop, Festival BD…) ainsi que l’intégration de la dynamique culturelle au sein de son Plan Communal de Développement Rural (PCDR) sont autant d’indices actuels et percutants démontrant clairement la politique culturelle menée et l’importance qui lui est accordée. 

La commune de Pont-à-Celles est composées de 8 villages :

Liberchies, Luttre, Pont-à-Celles, Thiméon, Viesville, Obaix, Buzet, Rosseignies